3°) b) Quel logiciel biblique pour la critique textuelle du Nouveau Testament ?

 

Si Bibleworks n’est pas le mieux positionné au niveau de la critique textuelle de l’AT, il se rattrape pour la critique textuelle du NT. En effet, la version 10 est livrée avec l’apparat critique le plus détaillé qui existe à ce jour en ce qui concerne les manuscrits grecs du NT, et qui à terme, se voudrait exhaustif : celui du H. Milton Haggard Center for New Testament Textual Studies (CNTTS). Comme pour la plupart des apparats critiques informatisés, la consultation est facilitée par les liens hypertextes : en un clic, on découvre à quoi correspond telle abréviation ou tel symbole. Ainsi, il suffit de cliquer sur la numérotation d’un manuscrit pour connaître sa date, son contenu et sa catégorie (selon la classification proposée par Barbara et Kurt Aland). Mieux encore, pour chaque lieu variant, un tableau présente les différents témoins classés par catégorie et par siècle.  Notons tout de même que, mis à part quelques manuscrits latins, l’apparat du CNTTS ne s’intéresse qu’aux manuscrits grecs du NT. Les versions anciennes ou les citations des Pères ne sont pas mentionnées. Enfin, nous avons remarqué que pour une même variante, les témoins cités par le CNTTS ne sont pas toujours les mêmes que pour le NA28. C’est en particulier le cas pour les manuscrits rédigés en minuscules. Cela s’explique en grande partie par le fait que les rédacteurs des deux apparats n’ont pas consulté les mêmes manuscrits. Cependant, nous avons aussi relevé quelques erreurs[1] que nous avons rapportées à William F. Warren qui dirige le développement de cet apparat. Celui-ci nous avait alors indiqué que l’apparat était en cours de révision[2]. Il conviendra donc d’utiliser l’apparat du CNTTS avec précaution, en vis-à-vis du NA28 ou de l’Editio Critica Maior quand elle existe.

Notons que l’apparat du CNTTS possède également une fonction recherche. Il est ainsi possible de rechercher toutes les variantes contenant un mot grec donné. Ou bien, de consulter toutes les variantes significatives d’un manuscrit donné par rapport au texte du Greek New Testament (GNT, 4e éd.).

Enfin, il est possible d’acheter en supplément l’apparat critique du NA28 et du Greek New Testament (GNT) (United Bible Society, 5e éd.), ainsi que le commentaire de critique textuelle de Metzger.

Bibleworks 10 intègre aussi la transcription de plusieurs grands codex grecs. Il est même possible de visualiser des images en haute qualité pour vérifier soi-même une lecture donnée.

La collection « Greek & Hebrew Discoverer » d’Accordance ne contient pas d’apparat critique, mais il est possible d’acheter en supplément l’apparat du NA28, du GNT ou du CNTTS. Concernant ce dernier apparat, notons qu’Accordance est le seul logiciel à disposer d’une version révisée. De plus, comme pour n’importe quel apparat critique, il est possible d’y faire des recherches poussées. Sur ce point, l’étendue de l’apparat du CNTTS permet des recherches particulièrement élaborées et précises. Par exemple, imaginons que l’on souhaite vérifier que deux manuscrits font bien partie de la même famille[3]. Pour cela, il est possible de rechercher le nombre de fois où ces manuscrits s’accordent ou sont en désaccord, dès lors qu’il y a lieu variant. On peut ensuite exporter ces résultats sous forme de graphique et voir en un coup d’œil si les manuscrits s’accordent davantage sur une partie ou une autre du NT. En 3 ou 4 clics, il est donc possible de vérifier de manière statistique la probabilité pour ces deux manuscrits d’être de la même famille !

Accordance propose également dans son catalogue les transcriptions des principaux codex grecs, ainsi que des plus anciens papyri grecs du NT. Accordance est le seul à avoir « tagué » morphologiquement le texte de ces manuscrits, ce qui est un avantage certain pour la recherche.

Logos dispose également des meilleurs apparats critiques, mais ils sont pour la plupart vendus en supplément. Le pack « Biblical Languages » contient tout de même l’apparat de Tischendorf et le commentaire de Metzger. On y trouvera également un commentaire de critique textuelle, The Lexham Textual Notes on the Bible. Cet ouvrage explique brièvement – pour des non spécialistes – les difficultés majeures de critique textuelle pour l’ensemble de la Bible. Le pack contient aussi la transcription des plus anciens manuscrits du NT[4] et on peut y ajouter les transcriptions gratuites de certains codex. Là encore, la fonction « comparaison de textes » s’avère particulièrement utile, même si elle est loin d’être parfaite[5]. Enfin, signalons que les fonctions de recherche au sein des apparats critiques sont moins performantes sous Logos que sous Accordance.

Le logiciel Logos contient aussi une fonction intitulée « Variantes textuelles » regroupant et classant les informations de la bibliothèque au sujet de la critique textuelle pour un verset ou un passage donné : apparats critiques, commentaires textuels, éditions de textes anciens, transcriptions de manuscrits et même, pour le Nouveau Testament, un lien vers les images des manuscrits en ligne. Il s’agit des images mises en ligne par l’Institut für Neutestamentliche Textforschung de l’université de Münster[6]. Un outil, apparu avec la version 7 de Logos, permet également d’explorer une liste de 5624 manuscrits du Nouveau Testament.

Bible Parser est particulièrement intéressant pour la critique textuelle : il propose un bon apparat critique, détaillé et facilement lisible. Il s’agit d’une adaptation de l’apparat critique du site www.laparola.net/greco.  Pour chaque lieu variant, les leçons sont présentées selon la classification classique – mais discutée – de grandes familles d’origine. De plus, le fait de survoler le numéro d’un manuscrit avec la souris permet d’en afficher sa date et son étendue. Le logiciel intègre également les images de plusieurs grands codex, indexées verset par verset. On notera enfin que Bible Parser donne accès au texte de la Vulgate, à plusieurs vieilles latines, aux versions coptes et à plusieurs éditions de la Peshitta : il fait mieux que les autres logiciels sur ce point-là !

En résumé, Accordance reste au-dessus de ses concurrents en matière de critique textuelle, grâce notamment aux possibilités de recherches avancées au sein des apparats critiques. Toutefois, il faudra un budget plus conséquent sur Accordance pour acquérir les outils équivalents à ceux de Bibleworks.

Pour les petits budgets, Bible Parser s’avère une alternative performante et complète en matière de critique textuelle.

[1] Pour une comparaison plus détaillée de ces deux apparats, nous renvoyons à notre article « Quatre logiciels pour l’exégèse biblique : Accordance, Bible Parser, Bibleworks et Logos », Revue d’Histoire et de Philosophie Religieuses 94 n°3, 2014, p. 307-309.
[2] Une première version de cette révision est disponible, mais uniquement sous Accordance.
[3] Cet exemple est présenté de manière détaillée sur le site d’Accordance, à la page suivante : http://www.accordancebible.com/buzz/articles/cntts.php
[4] Philip Wesley Comfort et David P. Barrett (dir.), The text of the Earliest New Testament Greek Manuscripts, Wheaton : Tyndale House, 2001, 697 p.
[5] La comparaison de textes ne fonctionne pas avec tous les textes du NT. De plus, l’alignement entre différents textes n’est pas parfait et la transcription de certains manuscrits contient des erreurs. La fonction « comparaison de textes » indique ainsi fréquemment des statistiques erronées concernant les différences entre plusieurs manuscrits.
[6] Il s’agit de la meilleure base de données disponible en ligne en ce qui concerne les images des manuscrits du NT. La consultation de certaines images est toutefois réservée aux chercheurs disposant d’un code d’accès.
<< 3°) a) Quel logiciel biblique pour la critique textuelle de l’Ancien Testament ?4°) Lecture du texte dans son contexte immédiat >>

Laissez un commentaire