La lecture et l'étude personnelles de la Bible : principes et outils

Cet article reprend une fiche réalisée pour le « kit formation » 2014 de la Fédération Baptiste (FEEBF).

La lecture personnelle de la Parole de Dieu est un pilier de la piété évangélique. D’après un sondage IFOP réalisé en 2010, 88% de ceux qui se déclarent « chrétiens évangéliques » lisent la Bible au moins une fois par semaine chez eux 1. L’importance de la lecture de la Bible n’est pas à démontrer dans nos églises : elle fait partie des principes de base que nous enseignons à nos enfants ou aux nouveaux convertis. Toutefois, la lecture biblique n’est pas une fin en soi : plus que lire, nous sommes appelés à méditer, étudier et surtout mettre en pratique la Parole de Dieu !

Le présent article se veut être « une boite à outils » sur la question : on y trouvera quelques références bibliques sur le sujet, mais aussi des idées et outils pouvant être utilisés pour promouvoir la lecture de la Bible.

Fondements bibliques

La Bible parle peu de l’importance d’une « lecture » personnelle de la Parole de Dieu. Et pour cause, à part le roi ou quelques très riches (Dt 17.18-19 ; Ac 8.27-28), le croyant ne disposait pas de ses propres rouleaux de l’Écriture à la maison ! Par contre, celui-ci est encouragé à méditer, étudier et mettre en pratique la Parole de Dieu dont il a entendu la lecture au Temple, à la synagogue ou à l’église. L’Écriture doit occuper une place centrale dans nos vies car elle est parole de Dieu, norme pour notre existence, source de sagesse, et surtout révélation du plan de Dieu pour notre salut.

Parmi les textes centraux sur le sujet, soulignons-en quelques-uns :

  • Dans l’AT, c’est d’abord la Loi qui reçoit une place centrale. Le Pentateuque présente les diverses lois et ordonnances comme des paroles dictées par Dieu, voire même « écrites par le doigt de Dieu » (Ex 32.18). Dans un contexte d’alliance, le Deutéronome insiste sur l’importance de la lecture (Dt 31.10-13), de l’écoute (Dt 4.1, 5.1, 27.10) et surtout de l’obéissance et de la mise en pratique des commandements de Dieu (Dt 4.1, 5.1, 5.32, 6.3, 6.24 ; etc.). La mise en pratique de ces commandements est présentée comme source de bonheur et de vie (Dt 4.1, 4.40, 5.16, 5.29, 6.3, 6.24 ; etc.)
  • Le Psaume 1 introduit une thématique récurrente du psautier : la méditation et la mise en pratique de la Loi du Seigneur sont sources de bonheur, de stabilité et de réussite, alors que l’inverse provoque la ruine du méchant mais aussi du pays tout entier (Ps 19 ; 37 ; 40 ; 78 ; 105 ; 111 ; 112 ; 119 ; cf. Jos 1.7-8). Le Psaume 119, véritable hymne à la Loi, développe longuement cette thématique.
  • Par le sermon sur la montagne, Jésus, tel un nouveau Moïse, présente sa Loi (Mt 5-7). Celle-ci s’achève, comme le Deutéronome, sur une exhortation à « mettre en pratique » les paroles de Jésus : le faire, c’est bâtir sa maison sur le roc (Mt 7.13-27).
  • 2 Timothée 3.14-17 est un des passages les plus synthétiques sur le sujet : il présente à la fois l’inspiration de l’Écriture, son rôle pour la vie quotidienne et son utilité en vue du salut en Jésus-Christ.
  • Face aux « enseignants de mensonge » (2 P 2.1), la deuxième épître de Pierre montre l’importance d’une foi fondée sur les écrits de l’AT, ainsi que ceux des apôtres (cf. en particulier 2 P 1.16-21, 3.2, 3.15-16).
  • L’Apocalypse est introduit et conclu par un encouragement à « écouter » et « garder » la prophétie johannique (Ap 1.3, 22.7, 22.9). Celui qui « écoute ce que l’Esprit dit aux Églises » est présenté comme un « vainqueur » qui sera « récompensé » (Ap 2.7, 2.11, 2.17, 2.26-28 ; etc.).

.

Réflexions pratiques : comment encourager à la lecture personnelle de la Bible ?

 Ceux qui fréquentent nos églises sont généralement convaincus de l’importance de la Parole de Dieu. Toutefois, nous ne leur avons pas forcément appris comment lire la Bible. Jamais la lecture personnelle de la Bible n’a été aussi accessible et facile qu’aujourd’hui. Nous avons accès à de nombreuses traductions françaises du texte biblique. Nous pouvons posséder notre exemplaire imprimé pour 1,50 €. Nous pouvons même lire la Bible gratuitement sur notre smartphone ou notre tablette. Cette facilité d’accès a aussi ses inconvénients : face à la multiplication des traductions, éditions ou guides de lecture biblique, de nombreux croyants se sentent un peu perdus. D’autres ignorent encore toutes les possibilités qui leur sont offertes aujourd’hui : je suis parfois étonné de découvrir que certains chrétiens ne savent pas qu’il existe des traductions plus faciles à comprendre que la Segond 1910 ! En tant que responsables d’églises, il convient de pouvoir orienter nos membres vers les outils qui leur seront le plus adaptés.

  • La plupart des cours de préparation au baptême ou formations de disciples, proposent un chapitre sur l’importance de la lecture de la Bible. C’est aussi un thème de prédication qui devrait revenir régulièrement dans nos programmes. Pourquoi ne pas profiter de ces temps pour dire un mot sur les différentes traductions bibliques ou pour présenter quelques outils d’aide à la lecture de la Bible ?
  • De même, il peut être judicieux de profiter des temps d’étude biblique pour initier les participants à différentes méthodes d’étude ou de méditation bibliques. Là encore, on pourra leur présenter les outils, et leur montrer comment s’en servir.
  • Cela peut aussi s’organiser sous la forme d’un atelier ou d’un temps d’échange où chacun pourra présenter aux autres « sa Bible », le plan de lecture qu’il suit ou le guide qu’il utilise pour lire la Bible.
  • Enfin, lors de ces diverses occasions, pourquoi ne pas vous arranger avec votre librairie chrétienne pour organiser un dépôt de Bibles et d’ouvrages d’aide à la lecture de la Bible ?
  • On peut aussi mettre en place des petits groupes de partage, à la manière des « groupes de croissance » de Neil Cole 2, composés de 2 ou 3 personnes. Chaque membre du groupe est invité à lire 25 à 30 chapitres de la Bible chaque semaine (les mêmes pour chacun), et lorsqu’il se retrouve, le groupe discute de ses lectures. C’est un bon moyen de s’encourager et de se motiver mutuellement dans la lecture de la Bible.

Outils

  • Différentes traductions. Ce qui fait autorité pour le croyant, c’est le texte biblique original en hébreu et en grec. Comme la plupart d’entre nous lisons généralement la Bible dans une traduction, il est important d’expliquer comment a été établie cette traduction. On encouragera notamment le croyant qui veut étudier la Bible à consulter plusieurs traductions. On distingue les traductions sur deux points : le principe de traduction (littérale ou dynamique) et le niveau de langage.
    • On orientera plutôt celui qui découvre la Bible vers une traduction dynamique, plus facile à comprendre (Semeur, Français Courant, Parole de Vie) que vers une traduction littérale (TOB, NBS, Segond 21).
    • De même, on tiendra compte du niveau de Français du lecteur, préférant une traduction en français fondamental (Parole de Vie) pour un enfant ou un quelqu’un qui apprend le français, ou en Français Courant ou Segond 21 pour le lecteur moyen. A l’inverse, on leur évitera une traduction dans un français soutenu comme celui de Louis Segond, de la NBS, de Darby ou de Chouraqui.
    • Pour un résumé de la question, on pourra consulter cette page-ci, ou l’article de Bible-Info, Hiver 2010, p. 8-10, téléchargeable ici.

 

  • Des Bibles d’études. Une Bible d’étude n’est pas réservée au lecteur expérimenté, bien au contraire, elle sera d’une grande utilité pour le débutant qui appréciera les introductions ou notes explicatives. Mentionnons-en quelques-unes parmi les plus récentes, en allant de la plus abordable à la plus technique.
    • ZeBible (Français Courant) est un excellent outil pour les ados et les jeunes, réalisé par une équipe œcuménique. Infos sur zebible.com.
    • La Bible avec notes d’étude Vie Nouvelle (Segond 21) traduit les notes de Life Application Bible, réalisées par une équipe évangélique inter-dénominationnelle. Les notes sont de qualité et faciles d’accès même pour des débutants. Infos ici.
    • La Bible d’étude version Semeur 2000 propose des introductions et notes d’études explicatives abordables. Les notes ont été réalisées par des biblistes évangéliques francophones. Infos ici. Disponible sous forme d’application web sur mobible.co.
    • La Bible TOB avec notes intégrales a été réalisée par une équipe de biblistes œcuméniques. C’est un ouvrage de bonne qualité, relativement technique, mais proposant parfois une interprétation critique du texte biblique.
    • La Nouvelle Bible Segond, édition d’étude, s’adresse plutôt à des habitués de la Bible. Ses notes, rédigées par des biblistes protestants francophones, sont plus techniques mais, comparées à la Bible du Semeur, elles sont plus neutres en ce qui concerne l’interprétation. La version numérique est téléchargeable gratuitement sur bible-etude-segond.com ou sur les tablettes ou smartphones via l’application YouVersion.

 

  • Des plans de lecture biblique. Les plans de lecture biblique peuvent être d’une bonne aide pour permettre une lecture de l’ensemble de la Bible sur une durée donnée. En effet, ils ne suivent pas forcément l’ordre canonique et permettent ainsi d’alterner entre textes de l’Ancien et du Nouveau Testament.
    • On pourra encourager des débutants à découvrir la Bible à travers l’application web « E100 : la Bible en 100 textes essentiels ». Cette sélection de 100 textes parmi les plus connus de la Bible permet au novice une belle entrée en matière au sein du texte biblique.
    • Le plan de lecture de la Bible en 6 ans, réalisé par la FPF, est téléchargeable ici. Il est aussi disponible sous forme d’appli sous iOs ou Android.
    • Les plus courageux pourront se lancer dans une lecture de la Bible en 1 an. Ils peuvent télécharger un plan réalisé par la Ligue pour la lecture de la Bible ou lire directement les passages du jour en ligne sur www.bible1an.com. Plusieurs applications comme YouVersion ou l’application de Logos permettent également de lire la Bible en 1 ans sur son appareil mobile (voir ma page « Applications Android »).
    • Ceux qui préfèrent une lecture plus « libre » de la Bible pourront télécharger et imprimer un « plan à cocher » en cliquant ici.

 

  • Des guides pour la lecture biblique. Il n’est guère possible de recenser ici les nombreux calendriers ou livrets de méditations bibliques quotidiennes. Ces outils permettent le plus souvent de s’arrêter sur un ou deux versets de la Bible chaque jour : il s’agit bien de méditations bibliques et non véritablement de guides proposant des explications sur un passage biblique. Pour cette dernière tâche, on se référera en priorité aux divers outils de la Ligue pour la lecture de la Bible, présentés ici.

 

  • Des outils numériques. Un grand nombre de ressources pour l’étude de la Bible sont disponibles sur le Net, souvent gratuitement : on y trouvera diverses traductions, des commentaires ou dictionnaires bibliques, et bien d’autres outils.
    • Sur tablette ou smartphone, l’application gratuite YouVersion est ce qui se fait de mieux. Elle propose un bon nombre de traductions françaises, dont la NBS avec ses notes d’études. L’application donne également accès à divers plans de lecture biblique. Pour d’autres applications Android, voire ma page sur le sujet.
    • Sur PC, il existe un certains nombres de ressources gratuites fonctionnant sous l’interface gratuite de Bible Online. Pour savoir comment installer la version gratuite de Bible Online, vous pouvez consulter mon article sur le sujet.
      • Pour accéder aux meilleures traductions françaises de la Bible sur son PC, ainsi qu’à un certain nombre d’outils évangéliques, il faudra acheter la version de Bible Online Premium éditée par les éditions Clé : editionscle.com, ou mieux, acquérir le pack Clé-Premier pour l’excellent logiciel biblique Logos. Avec ce pack, sous Logos, vous pouvez disposer de toutes vos bibles, commentaires ou dictionnaires  sur votre PC, votre Mac, votre iPad ou iPhone ; ainsi que sur vos tablettes ou smartphones fonctionnant sous Android. A noter qu’il est possible de télécharger gratuitement plusieurs ouvrages libres de droits pour ce même logiciel (dont l’interface de base est gratuite), à l’adresse suivante : http://areopage.net/Logos5FreeModulesLibrary.html.
      • Ceux qui ont déjà une bonne connaissance du texte biblique découvriront avec intérêt le logiciel Bible Parser. Il s’agit d’un logiciel français réalisé par un amateur mais contenant une énorme bibliothèque de bibles et ouvrages exégétiques, le tout pour un prix tout à fait raisonnable. La toute nouvelle version 2015 est bien plus facile à prendre en main que les versions précédentes : j’en fais une petite présentation ici.
    • Je ne mentionne pas ici les outils anglophones ou plus techniques : n’hésitez pas à consulter la rubrique Bible & Tech pour découvrir d’autres logiciels comme Accordance ou Bibleworks.

 

  • Ecouter la Bible ? Plusieurs sites permettent d’écouter un enregistrement de la lecture de la Bible. C’est un bon moyen de redécouvrir la Bible d’une autre manière.

 

 

Notes:

  1. Sondage IFOP – Réforme, FPF, La Croix, Institut Européen en Sciences des Religions, mai 2010. En comparaison , seuls 22 % de ceux qui se disent « protestants » lisent la Bible au moins une fois par semaine, contre 4 % des catholiques (18% des « catholiques pratiquants »).
  2. Voir Neil COLE, Une Bible, du café… des disciples, traduit par Maryse BIJAOUI, Lyon : Clé, 2008 (Ed. originale : 2005).

2 Responses

  1. Merci pour cet article ! Vraiment constructif.
    « On peut aussi mettre en place des petits groupes de partage, à la manière des « groupes de croissance » de Neil Cole 2, composés de 2 ou 3 personnes. Chaque membre du groupe est invité à lire 25 à 30 chapitres de la Bible chaque semaine (les mêmes pour chacun), et lorsqu’il se retrouve, le groupe discute de ses lectures. C’est un bon moyen de s’encourager et de se motiver mutuellement dans la lecture de la Bible. » Les groupes de partage sont super efficaces et permettent à chacun de construire une auto-discipline pour atteindre un certain objectif spirituel. J’encourage beaucoup cette méthode. Mais 25 à 30 chapitres par semaine, n’est-ce pas un peu beaucoup ? Donc notre groupe, on fait en moyenne 3 à 4 chapitres pour pouvoir se pencher plus profondément sur la vérité et l’application de la parole dans la vie contemporaine. Encore merci et que Dieu vous guide encore et encore !

    • Merci pour vos encouragements et votre retour !
      Effectivement, 25 à 30 chapitres par semaine cela fait beaucoup : Neil Cole explique qu’il a constaté que le fait de mettre la barre haute permettait souvent aux participants de voir cela comme un défi, et de relever le défi. Il constate, paradoxalement, que lorsque certains groupes ont réduit à 10 ou 15 chapitres, les membres du groupe avaient plus de difficulté à lire ces chapitres.
      C’est son expérience, dans un contexte américain. C’est utile d’entendre aussi la vôtre, et j’avoue que je partage aussi votre avis !

Laissez un commentaire