Bibleworks 10 est sorti ! Présentation et analyse des nouveautés.

Bibleworks est probablement le logiciel biblique le plus connu et le plus utilisé parmi les biblistes français. Face au développement important des logiciels concurrents (voir mon comparatif ici), la nouvelle version se faisait attendre. Bibleworks 10 a-t-il comblé son retard par rapport à Accordance ou Logos ?    

Visionnez ma présentation en vidéo, et retrouvez mon analyse ci-dessous…

 

Une version téléchargeable

Jusqu’à présent, Bibleworks n’était livré que sur DVD, ce qui, pour l’acheteur français, avait quelques inconvénients, à commencer par les frais de douanes pouvant s’ajouter au prix d’achat. La nouvelle version est désormais disponible en téléchargement, sauf si vous souhaitez qu’elle vous soit livrée sur une clé USB.

Il faudra toutefois s’armer de patience et bien suivre les consignes pour le téléchargement. En effet, le fichier d’installation fait 18 Go, et il m’a fallu 16H de temps pour le télécharger.

Une interface (légèrement) améliorée
Un design plus moderne

Bibleworks est connu pour être un logiciel particulièrement rapide et stable. Toutefois, son interface était laide et très peu paramétrable.

La nouvelle version a fait des progrès à ce niveau (voir vidéo). Certes, l’interface reste globalement similaire à celle de la version 9, avec une disposition en 3 ou 4 colonnes et on reste très en-deçà de la modularité de logiciels comme Accordance ou Logos. Toutefois, le design est nettement plus moderne, et l’interface est davantage modulable. De plus, le logiciel est toujours aussi surprenant par sa rapidité et la quantité impressionnante d’informations qu’il peut afficher par le simple survol d’un mot ou d’un verset. Mes premiers tests ne m’ont offert aucun plantage ou mauvaise surprise.

Au rayon des nouveautés, notons l’intégration d’une liseuse de livres numériques au format .epub au sein de l’interface de Bibleworks. Cela est surtout utile pour les livres contenant de nombreuses références bibliques : celles-ci sont reconnues automatiquement par le logiciel, et transformées en liens hypertextes permettant de consulter le texte biblique d’un seul clic. Il faudra toutefois que ces références soient au format reconnu par Bibleworks (noms de livres en anglais ; numéros de chapitres et versets séparés par « : » ; p. ex. « 1 John 2:5 »).

De nouvelles ressources pour l’étude du texte de l’Ancien Testament

Si Bibleworks 9 proposait des outils intéressants pour la critique textuelle du Nouveau Testament (images de manuscrits, apparat critique du CNTTS), il était limité en ce qui concerne l’Ancien Testament. La nouvelle version comble ce retard en intégrant les textes du Pentateuque Samaritain, de la Peshitta de Leiden sur l’Ancien Testament, ou de la version hébraïque du Siracide. On regrettera toutefois que les textes du Pentateuque Samaritain ou de la Peshitta ne soient pas lemmatisés et qu’il n’est donc pas possible d’y faire des recherches morphologiques. De même, si le texte des manuscrits « non-bibliques » de la mer Morte peut être ajouté au logiciel comme module payant supplémentaire, on regrette l’absence d’un module contenant le texte des manuscrits « bibliques » de la mer Morte, indispensable pour la critique textuelle de l’Ancien Testament.

Image du codex de Leningrad sur Bibleworks 10

La nouveauté la plus remarquable de Bibleworks 10 est certainement l’accès aux images haute-définition du codex de Leningrad qui est à la base des éditions de référence de la bible hébraïque que sont la BHS et la BHQ. D’un simple glissement de souris, il est possible de consulter l’image du manuscrit pour le verset qui nous intéresse.

Nouvelles fonctions

On pourra être déçu de ne voir que peu de nouvelles fonctionnalités livrées avec la nouvelle mouture de Bibleworks. Le mode de saisie des requêtes, assez compliqué avec Bibleworks, n’a pas été simplifié. Le Graphic Search Engine n’a pas évolué depuis 15 ans et il reste toujours aussi déboussolant pour le novice. L’outil Parallel Hebrew and LXX (Emanuel Tov) n’a pas été révisé, alors qu’il en aurait bien besoin. Enfin, il n’est toujours pas possible d’effectuer des requêtes de type syntaxique ou sémantique avec Bibleworks.

Notons toutefois une amélioration de l’outil de visualisation des images de manuscrits (codex de Leningrad ou du NT) : il est désormais possible d’utiliser des filtres permettant notamment de régler la netteté ou la luminosité des images, ce qui s’avère fort utile pour le déchiffrement de certains manuscrits.

Un nouvel onglet intitulé « forms » permet d’afficher toutes les formes bibliques d’un mot grec ou hébreu.

Il est également possible d’ajouter des filtres visuels de couleur sur les textes grecs et hébreux pour souligner automatiquement certaines formes grammaticales.

Autres nouvelles ressources

Parmi les quelques autres nouvelles ressources, signalons l’intégration du Concise Greek–English Lexicon of the New Testament (2009) de Frederick William Danker. Il s’agit d’un bon dictionnaire récent rédigé par l’éditeur du fameux Greek-English Lexicon of the New Testament (BDAG).

On notera aussi l’ajout des textes grec et copte de l’Évangile de Thomas, ainsi que leurs traductions anglaises.

Il est désormais possible découter la lecture du texte grec du Nouveau Testament, ce qui permet de découvrir autrement le texte, ou d’en travailler la prononciation.

Enfin, signalons l’ajout d’une collection importante de photographies de sites archéologiques ou naturels en rapport avec la Bible. Une base de données utile pour illustrer ses présentations.

Quelques disparitions…

J’ai été surpris de constater que le texte de la Bible de Jérusalem (BJ), présent dans la version 9 du logiciel, n’est plus présent dans la version 10. Il faut dire que les éditions du Cerf (qui ont les droits de la BJ) ont revu leur politique éditoriale ces dernières années, et il ne serait pas surprenant qu’ils soient à l’origine de ce retrait. Les développeurs de Bibleworks m’ont assuré ces derniers mois qu’ils réfléchissaient à intégrer davantage de bibles ou dictionnaires francophone à leur logiciel. J’espère que les éditeurs francophones contactés par Bibleworks sauront répondre positivement.

Enfin, au chapitre des disparitions, Bibleworks 10 ne contient plus le Theological Wordbook of the Old Testament, un petit lexique pourtant bien utile.

La possibilité d’ajouter les textes et apparats critiques du NA28, UBS5, BHS, BHQ, LXX et Vulgate, comme suppléments payants

Bibleworks se refuse à devenir un logiciel de gestion de livres électroniques pour l’étude de la Bible, à la manière d’Accordance et Logos. Par conséquent, son catalogue de modules supplémentaires est volontairement restreint à quelques ressources bien choisies.

Des modules importants ont toutefois été ajouté au catalogue de Bibleworks à l’occasion de la sortie de la version 10 : il est désormais possible d’acheter les textes et apparats critiques des éditions grecques, hébreux et latines de références que sont le Nestlé-Aland 28 (NA28), la  5ème édition du Greek New Testament (UBS5, module en développement), la Septante de Rahlfs, la Biblia Hebraica Stuttgartensia (BHS), les premiers fascicules de la Biblia Hebraica Quinta (BHQ, module en développement) et la Biblia Sacra Iuxta Vulgatam Versionem. L’ensemble est vendu dans un module à 199 $.

Conclusion 

La version 10 n’apporte pas de grandes nouveautés par rapport à la version précédente. On notera surtout une amélioration de l’interface, l’ajout de quelques ressources intéressantes pour l’étude du texte de l’Ancien Testament, et la possibilité d’acheter les apparats critiques de référence en supplément. Si vous possédez Bibleworks 9, à vous de voir si le passage à la version 10 vaut les 189 $ demandés…

Si vous ne possédez pas encore de logiciel biblique professionnel, sachez toutefois que Bibleworks reste un des meilleurs rapports qualité-prix pour celui qui s’intéresse à l’étude des textes bibliques ou « para-bibliques » originaux. Pour 389 $, vous avez accès à un nombre important de textes anciens, de dictionnaires ou de grammaires de référence. La nouvelle version de Bibleworks ne rattrape pas le retard pris sur Accordance ou Logos. Ces deux logiciels restent supérieurs en termes de fonctionnalités ou de potentialités. Toutefois, il vous faudra dépenser davantage chez eux pour avoir accès à tout ce que Bibleworks 10 vous propose.

Pour plus d’informations, ou pour commander, rendez-vous sur le site de Bibleworks.

La page Youtube de Bibleworks propose également de nombreuses vidéos et tutoriels.

Laissez un commentaire